Vous ne pouvez pas créer de nouvelle commande depuis votre pays : Undefined

Catalogue produits

Une nouvelle génération d'amplificateurs fait son apparition sur le marché: La Classe D
Commercialement, ils sont affublés du terme NUMERIQUE ou DIGITAL en opposition au terme ANALOGIQUE.

Ce qui les caractérises c'est avant tout un rapport poids/puissance plus avantageux. Ils sont moins lourds, peuvent tenir dans un format 1U tout en offrant une puissance très supérieures aux amplis de classe A/B.
Autre avancée technologique de la Classe D: Elle gère plus facilement des charges (impédances) différentes. Là ou généralement on est en 8Ω avec un ampli analogique, en classe D on peut jouer sur du 2, 4 ou 8Ω ce qui autorise des montages d'enseintes en série.
Et surtout ils ne sont pas plus chers, voire moins, que leurs équivalents analogiques.

Alors comment en est-on arrivé là?

Tout simplement grâce aux progrès de l'informatique qui généralise l'usage de processeurs couplés à des cartes électroniques pour le traitement du son et surtout de leurs alimentations à découpage.
Gain de poids, gain de puissance, miniaturisation des composants.

Ont-ils un aussi bon son?

Qu'ils soient analogiques avec de bon vieux transfos, condensateurs et transistors de sortie, ou digitaux tout dépendra de la qualité des composants. En Classe D les cartes éléctroniques permettent l'ajout d'effets de traitement du son sans hausse des coûts de fabrication. Mais dans ce cas, le son source est forcément "traité" donc différent en sortie.
Comme tout appareil audio c'est à l'écoute que l'on appréciera tel ou tel produit.

Et côté fiabilité?

Là aussi, la qualité des composants fera la différence. On se souvient des produits analogique de certaines marques comme Technics® (groupe Matsuhita qui détient aussi Panasonic®) dont la HiFi haut de gamme utilisait des composants de type aéronautique... increvables!
Tout composant éléctronique se retrouvant dans une large gamme de produits, ils sont fabriqués selon des normes qualité différentes suivant qu'ils soient destinés au grand public, au secteur industriel (automobile,...) ou de pointe (aéronautique,...). Bien sûr il s'agit là purement d'une question de coût.

Pour la Classe D on est donc dans la même problématique économique. Il y aura du bon comme du moins bon.
Mais les pannes possible seront différentes.
Généralement, en Classe A/B on rencontre le plus souvent des pannes sur les transistors de puissance. En Classe D elles seront plutôt liées à l'alimentation à découpage... comme sur un ordinateur.

Les points à surveiller:

Du fait de leur alimentation à découpage, et en l'absence de circuits de protection performants et fiables, il faudra donc être attentif à la régularité du courant fourni. Ils ne supporterons pas bien les variations de tension, les coupures secteurs intempestives et répétées.
La vielle régle qui veut, dans une chaine audio, que l'ampli soit le dernier élément à être mis sous tension, et le premier à être éteint reste donc valable. Tout comme l'obligation d'avoir les niveaux de sortie à 0 lors de ces opérations.

On y ajoutera une attention particulière au strict respect des impédances avec les enceintes/câbles que l'on utilisera.
La Classe D permet un usage à basse impédance 2,4 ou 8Ω et donc l'utilisation de 1, 2 ou 3 paires d'enceintes 8Ω par voies montées en série. (2 enceintes 8Ω en série produisant une impédance de 4Ω).
Si un ampli classe A/B peut plus ou moins longtemps supporter un déséquilibre, sur un classe D il sera mortel pour l'alimentation à découpage et la (les) carte(s) audio.

Généralement cela ne pose pas de soucis en usage classique ou tout bon sonorisateur est censé utiliser enceintes et câbles (qualité, section, longueur) adaptés à son ampli.
En revanche en usage Public-Adress (ligne 100v) compte tenu du nombre de projecteurs de son en série utilisés et des importantes longueur de câbles les risques de pannes seront démultipliés. Ainsi nous préconisons d'éviter les amplis PA 100v de Classe D sur des installations temporaires et de ne les réserver qu'aux installations fixe en ERP qui seront par définition conçues avec soin et bien protégées d'incidents type rupture de câble, projecteur de son qui prend l'eau en extérieur,... etc.

NB: En Public-Adress il est de toute façon recommandé d'utiliser un impédance-mètre pour bien contrôler l'état d'une ligne avant sa mise sous tension.

Les produits classe D disponibles sur notre boutique

Vous les retrouverez dans les sections AMPLIFICATION et PUBLIC-ADRESS 100v.
Cette page a été réalisée pour fournir des informations de base facilement compréhensibles. N'hésitez pas à nous apporter vos remarques et retours d'expériences.

N'oubliez pas de consulter, pour en savoir plus, la page d'infos "Bien choisir son ampli et ses enceintes".